Le pape prisonnier de l´empereur

Serge Ceruti
Un conflit entre Dieu et César, au début du xixe siècle ? Comment et pourquoi le pape Pie VII (1742-1823) a-t-il été emprisonné par Napoléon, entre 1809 et 1814 ? Si le fait est assez connu, l'arrestation, la détention à Savone, puis à Fontainebleau, et les transferts « secrets » méritent d'être racontés. L'auteur de ce livre les relate de manière très vivante en s'appuyant sur les rapports des « geôliers » du pontife, le préfet Chabrol et surtout le capitaine Lagorsse, dont les écrits savoureux sont conservés aux Archives nationales. À travers des péripéties souvent douloureuses et parfois pittoresques, Pie VII apparaît comme une forte personnalité qui accepte les contraintes mais fait preuve aussi d'une extraordinaire puissance de résistance. Sa bienveillance se vérifie dans les rapports qu'il entretient avec ses geôliers et avec l'empereur - au point de se faire parfois berner. Mais plus largement, l'événement illustre le choc de deux personnalités très contrastées, Napoléon et Pie VII, ainsi que l'opposition entre autorité spirituelle et pouvoir impérial. Un épisode majeur, bien que méconnu, de l'histoire complexe des relations entretenues, en France, entre l'Église et l'État, conté avec beaucoup de talent par Serge Ceruti. AUTEUR Serge Ceruti est agrégé d'histoire et géographie. Après une carrière dans l'enseignement, il se passionne pour l'histoire du Premier Empire. Il collabore à la Revue d'histoire de Fontainebleau.
add_circle_outlineremove_circle_outline En savoir plus
Paiements 100% sécurisés
23,00 €
TTC
Parution 24/11/2022
EAN: 9782706723230

L'auteur

Serge Ceruti
Un conflit entre Dieu et César, au début du xixe siècle ? Comment et pourquoi le pape Pie VII (1742-1823) a-t-il été emprisonné par Napoléon, entre 1809 et 1814 ? Si le fait est assez connu, l'arrestation, la détention à Savone, puis à Fontainebleau, et les transferts « secrets » méritent d'être racontés. L'auteur de ce livre les relate de manière très vivante en s'appuyant sur les rapports des « geôliers » du pontife, le préfet Chabrol et surtout le capitaine Lagorsse, dont les écrits savoureux sont conservés aux Archives nationales.